Volumes

Cette rubrique regroupe 3 types d'activités très différentes : la création de livres d'artistes; celle de volumes en réponse à des appels à candidature pour différentes expositions; et enfin celle de compositions éphémères dans ma pratique hebdomadaire de l'ikebana Sogetsu.

LIVRES D'ARTISTE

A-pesanteur  

Ce livre imprimé sur papier à lavis et papier calque regroupe une série de 11 photographies, réalisées en noir et blanc à partir d’objets insignifiants glanés çà et là au gré de mes promenades, photographies que vous pouvez retrouver à la page "photographie traditionnelle" de ce portfolio.

Initialement prévues comme une invitation à s’envoler avec elles vers un monde onirique, ces photographies m’ont rapidement inspiré de courts poèmes, tantôt frivoles, tantôt graves, sur les saisons, la vie et le passage du temps. Ces poèmes sur le modèle des haïkus japonais  composés de 3 vers de 5, 7 et 5 syllabes résument une impression fugace. Débutant au printemps avec l’envol d’un duvet d’oiseau, le voyage s’achève dans l’hiver minéral où se dissout notre perception du temps. 

Et c'est tout naturellement que ces haïkus ont trouvé leur place dans ce livre.
Dimensions : 14 x 20 cm. 

Forêts intertidales

Ce leporello met bout à bout des tirages en petit format des "forêts intertidales" présentées à la page "photographie plasticienne".

Mémoire Blanche

 Notre mémoire a sa logique propre. 

De tous les évènements que nous vivons, nous ne choisissons pas toujours ceux qu’elle va décider de conserver, ni ceux, bien cachés au fond de notre cerveau, qu’elle va refuser de nous restituer. 

Mes premiers « vrais » souvenirs remontent à l’âge de 7 ans, ce qui paraît bien tardif chez un enfant. 

Pour toute la période qui précède, je me suis « fabriqué » des souvenirs à partir de ce que mon entourage m’a raconté à différentes périodes de ma vie, ce qui implique une restitution partielle et partiale de ce j’ai vécu. Dans leurs récits subsiste une période remplie de non-dits, qui correspond à l’année de mes 5 ans. 

Secrets familiaux destinés à essayer de tourner la page, à échapper au « qu’en dira-t-on » si prompt à juger, à « épargner » les enfants. 

Secrets mémoriels pour survivre au chaos d’une enfance malmenée par des accès récurrents de violence psychologique. 

Secrets trahis par un subconscient capable de me foudroyer en l’espace d’une minute en ouvrant sous mes pieds des abîmes de terreurs et d’angoisses inexpliquées. 

Ce livre blanc est le résultat de l’exploration d’une mémoire blanche entièrement construite par les souvenirs des autres. 

VOLUMES

 Exposition "Objectif terre, la terre au cœur de la création", du 9 au 20 septembre 2020

Unto dust shalt thou return
 vase cylindrique en verre ; balle de tennis ; terre ; végétaux ; pique en bois ; barquette en PET ; bourdon mort de soif pendant la canicule de 2020

En jouant délibérément sur les échelles et en associant matériaux naturels et artificiels, j’ai voulu, sous un globe de verre si souvent utilisé par le passé pour mettre en valeur et protéger nos pendules et nos rêves d’enfants, symboliser l'impact des activités humaines  sur notre planète et donner une vision dystopique de ce que pourrait être la Terre demain si nous persistons dans nos erreurs. 

Exposition "Complément d'objet", du 15 au 25 septembre 2022

Time’s up ! 

Terrarium en verre ; 12 montres ; 2 chaînes de montres ; fils de nylon ; bonsaï desséché ; roche fossile ; terre cuite ; carton 


Pour cette composition, j’ai mis en scène les montres-bijoux cassées, pieusement conservées, qui ont jalonné non seulement mon existence, mais également celle de mes ascendants et de mes descendants. 

Un terrarium récupéré aux encombrants avec son triste contenu – un bonsaï mort de soif – leur sert d’écrin pour une réflexion sur notre rapport au temps et sur l’artificialité de nos vies, réflexion dont l’urgence a été mise en évidence lors du premier confinement de 2020, où notre course folle contre la montre s’est brusquement arrêtée. 

 La montre posée au sol est la seule en état de fonctionnement et elle montre l’heure qu’il est au moment où le spectateur la regarde. 

Cette composition nous invite à nous libérer des chaînes d’une vie chronométrée pour prendre en compte, avant qu’il ne soit trop tard, d’autres temps beaucoup plus lents, que nous avons trop longtemps ignorés, mais dont nous sommes également tributaires : les temps géologiques et les temps des autres êtres vivants. 

Exposition "Faites vos Jeux", du 12 au 14 mai 2023

Puzzled

Cube, façon « Rubik’s cube », polystyrène, fil de nylon, photographies numériques

Dimensions du cube : 41 x 41 x 41 cm. 

Dans ce puzzle cube, les photos choisies pour faire les facettes sont au nombre de 9 par carré. Chaque carré reconstitué correspondrait à l’une des catégories de classification établies par les humains : l’espèce humaine, dont l’activité contamine toutes les autres catégories, le règne végétal et le règne animal, menacés d’extinction, la terre, qui brûle, l’eau, qui se pollue, l’air, qui véhicule les tempêtes.

Les 54 facettes des 6 faces sont mélangées, double métaphore du maillage qui relie toutes les composantes de notre planète dans un réseau d’interdépendance et de l’inconséquence de l’espèce humaine qui joue avec elle comme un débutant avec un Rubik’s cube, sans se préoccuper de savoir s’il pourra le reconstruire.

IKEBANA  ÉCOLE  SOGETSU

J'ai découvert l'ikebana en 2016 et cet art floral japonais millénaire, modernisé par l'école Sogetsu fondée en 1927 par Sofu Teshigahara, sculpteur et ami de Pablo Picasso, fait maintenant partie de ma vie quotidienne. Chaque composition est le résultat d'une forme de méditation et de compromis avec les végétaux et les matériaux non conventionnels utilisés, qui ne se laissent pas facilement dompter. La composition est par essence éphémère, liée à la saison où elle est réalisée. Cette pratique comporte une dimension symbolique et philosophique, car le ciel, la terre, l'humain et l'interaction entre les 3 sont représentés dans les ikebanas.

page en construction...